COVID-19 : Nouvelle méthode de test sans réactifs, mais les stocks de Plaquénil ont disparu (et autres mascarades) - 22/03/2020 : Différence entre versions

De dieudo.fr
Aller à : navigation, rechercher
(Page créée avec « '''COVID-19 : Nouvelle méthode de test sans réactifs, mais les stocks de Plaquénil ont disparu (et autres mascarades).''' Bonjour à toutes et tous, Encore hier au... »)
 
 
Ligne 93 : Ligne 93 :
  
 
E.E.
 
E.E.
 +
 +
[[Catégorie:Covid-19]]

Version actuelle datée du 22 mars 2020 à 21:06

COVID-19 : Nouvelle méthode de test sans réactifs, mais les stocks de Plaquénil ont disparu (et autres mascarades).


Bonjour à toutes et tous,


Encore hier au 20h sur la 2, on nous a bassiné avec la Chine pour justifier le besoin impérieux de renforcer le confinement. Or, prendre la Chine en exemple ne permet pas de comprendre le mécanisme qui a été efficace : les pays qui ont stoppé l'épidémie l'ont fait indépendamment du confinement.

On devrait plutôt nous parler de la Corée du Sud qui n'a pas eu besoin de confiner la population ni de fermer ses frontières (même avec la Chine) pour juguler l'épidémie parce que sa stratégie était médicale et non politique ou "mafia-fric" : on y a détecté, isolé et traité les malades, et isolé de manière très ciblée les personnes avec lesquelles ils avaient été en contact.

C'est cela qu'on n'a pas fait en Italie, en France, en Espagne...


Comme on l'a dit, à l'IHU-MI à Marseille, l'équipe du Pr Raoult diagnostique gratuitement toutes les personnes qui s'y rendent (plus de 600 tests par jour). Un chirurgien dentiste, le Dr Salim Laïbi, en a témoigné avant-hier dans une vidéo vue par 1 million de personnes. Mais hier, l'Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille a qualifié cette information de "fake news". Qui ment ? Pourquoi ?


Face à la pénurie de tests pour diagnostiquer le COVID-19, des chercheurs de l'Université de Namur en Belgique ont récemment présenté une nouvelle technique immédiatement applicable partout car ne nécessitant pas les fameux réactifs :

"Nous pourrions réaliser 500 tests par jour, rien qu'ici à Namur."

"Pourquoi le professeur Benoît Muylkens et son équipe ont planché sur un nouveau test de dépistage du COVID-19 ? Il a analysé les données sur le début et la progression de l’épidémie de COVID-19 en Corée du sud et en Italie. << Le début de l’épidémie était similaire. Mais en Corée, après 10 jours, on assiste à une résolution de l’épidémie alors qu’en Italie se produit une flambée. En Corée du sud, le nombre de tests effectués est très élevé, beaucoup plus élevé qu’en Italie >>." (Article et vidéo sur le site internet de la Radio Télévision Belge Francophone.)


Ne laissons plus croire qu'on puisse arrêter une telle maladie infectieuse sans diagnostiquer ni traiter. 

Confiner sans traiter est inefficace et criminel.

À l'inverse, détecter, isoler et traiter est efficace. Nous ne l'avons pas fait et ne le faisons toujours pas à l'échelle du pays : au même 20h, on nous a raconté qu'avant d'appliquer le traitement du Pr Raoult, il faudrait attendre de nouveaux résultats, ce qui prendrait 3 semaines. (Pourtant on sait déjà que le traitement fonctionne en 5 à 6 jours pour la grande majorité des malades, et que ces médicaments sont très bien tolérés.)

Cette politique prive les malades les plus graves du seul traitement efficace connu à ce jour, et condamne à la mort un certain nombre d'entre eux.

<< Pour l'instant, les cas graves sont ceux qui ne sont ni détectés, ni traités et qui arrivent avec une insuffisance respiratoire très grave. Ils vont directement en réanimation et ils vont mourir là-bas. Si on dépiste et que l'on traite les gens précocement, il y a forcément plus de chance de les sauver que 48 heures avant la phase terminale. >> (Pr Raoult dans son interview du 21/03/20 par le journal La Provence.)


Une fois de plus, on nous a affolés avec le chiffre global de la mortalité en Italie (presque 800 morts en une journée), mais sans donner d'autres chiffres qui permettraient de comprendre.

Voici donc un exemple de ce qu'on peut trouver sur internet :

- parmi les personnes décédées dont la mort est attribuée au COVID-19, seulement 0,8% n'étaient pas préalablement atteintes d'une ou plusieurs autres pathologies ;

- les autres ont été traitées avec des médicaments connus pour être incompatibles avec les autres pathologies qu'ils avaient avant d'être positifs au COVID-19 (mais n'ont pas été traités avec le traitement du Pr Raoult, ni même la chloroquine) ;

- notamment, toujours parmi les personnes décédées dont la mort est attribuée au COVID-19, presque 50 % étaient préalablement atteintes de 3 autres pathologies ou plus ;

- entre le 1er janvier et le 19 mars 2020, le COVID-19 arrive à la 13ème position des causes médicales de mortalité du pays ; les 12 premières causes de mortalité totalisent 25 fois plus de morts que le COVID-19.


On nous a aussi expliqué la pénurie de masques et de tests de détection, sans en donner la cause.

Or, le Président nous a dit 6 fois que nous étions en guerre. Ok, filons la métaphore. La France n'a-t-elle sur son sol aucun stock de casques, de munitions, de missiles... ? Le matériel militaire français est-il approvisionné "en flux tendu" (c'est-à-dire au compte-goutte) depuis la Chine ? On imagine que non. Mais notre matériel de santé et nos médicaments, oui.

L'ennemi COVID-19 avait été identifié il y a des mois et on savait qu'il allait arriver chez nous depuis longtemps. Comment expliquer qu'en tout ce temps, la France n'ait pu fabriquer ni acheter suffisamment de masques et de tests de détection du COVID-19 ?

La publication chinoise sur l'efficacité de la chloroquine date du 19 février. Qu'a-t-on attendu pour traiter les premiers malades sévères ?

La conférence du Pr Raoult annonçant l'efficacité encore supérieure du protocole hydroxychloroquine/azithromycine date du 16 mars. Il n'est toujours pas appliqué et certains malades sévères en décèdent. 


Dernier rebondissement de cette funeste mascarade qui tue des personnes et détruit la société : alors même qu'on nous bassine qu'on ignore encore si le traitement du Pr Raoult est vraiment efficace, qu'il faut être très prudent et qu'on en saura plus dans 3 semaines, on nous annonce soudain que les stocks d'hydroxychloroquine ont disparu de la pharmacie centrale des hôpitaux !


Si c'est vrai, et qui que ce soit qui les ait éventuellement volés ou qui ait ordonné leur retrait (pourquoi, pour qui ?), on dirait que le traitement du Pr Raoult est soudainement considéré comme hautement efficace et stratégique par certains.

À moins que ce soit ce qu'on veuille nous faire croire ? Ou peut-être que ... ? À moins que ... ?

Que croire ? Qui croire ?


Références, que je soumets à votre esprit critique.

"Nous pourrions réaliser 500 tests par jour, rien qu'ici à Namur".

Coronavirus : tests publics gratuits à Marseille (d'autres vidéos intéressante sur cette même chaîne Youtube du Dr Salim Laïbi).

- L'AP-HM ment-elle ? : "Masques, Tests massifs à Marseille, Big Pharma..." (time-code : 06:09).

- Dr Gérard Maudrux : Covid-19 : vers un nouveau scandale de la chloroquine ?

Décryptage de la mortalité en Italie.

- Diagnostiquer-traiter ou privation des libertés : Pour votre santé, nous vous privons de Libertés !

- Un exemple de dépistage massif en Corée du Sud.

- Pr Christian Perronne : Coronavirus - Vol de Chloroquine en France.

- Interview du Pr Raoult par le journal La Provence, 21/03/20.

- Chaîne Youtube de l'IHU-MI.


-

E.E.