Censure sur Facebook : Différence entre versions

De dieudo.fr
Aller à : navigation, rechercher
(Page créée avec « Source : https://francoisruffin.fr/censure-facebook/ »)
(Balises : Modification par mobile, Modification par le web mobile)
 
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
Source : https://francoisruffin.fr/censure-facebook/
 
Source : https://francoisruffin.fr/censure-facebook/
 +
 +
<br />
 +
 +
= Censure sur Facebook : « Votre publication ne respecte pas les standards de la communauté » =
 +
Au printemps de cette année, le président Macron a rencontré le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, pour – je cite – « lutter contre les contenus haineux ». La critique du gouvernement, le soutien aux mouvements sociaux, sont-ils rangés dans ces « contenus haineux » ?
 +
 +
Monsieur le ministre de la Culture et de la Communication,
 +
 +
A la fin du mois d’août, j’étais encore en vacances dans le Tarn, quand mon chargé de com’ m’a alerté : ''« Je ne comprends pas, ta page Facebook ne tourne plus. Y a presque plus de visite. »''
 +
 +
Je ne m’en suis pas inquiété : je devais conduire ma fille au poney.
 +
 +
Une semaine plus tard, grâce à un article de Médiapart, le mystère s’est éclairci : des tas de pages Facebook, toutes engagées, Lille insurgée, Bretagne noire, Collectif Auto Média énervé, Groupe Lyon Antifa, Nantes révoltée, toutes ont subi la même censure, toutes le même week-end que moi.
 +
 +
La page « Cerveaux non disponibles », par exemple, a chuté de 300 000 vues quotidiennes à moins de 1000…
 +
 +
Coïncidence ?
 +
 +
Au même moment, se déroulait, à Biarritz, le sommet du G7, avec Emmanuel Macron, Angela Merkel, Donald Trump.
 +
 +
Un G7 dans une ville bouclée.
 +
 +
Avec une communication verrouillée.
 +
 +
Et donc, une contre-information bloquée.
 +
 +
Ces pages militantes ont protesté auprès de Facebook. Mais c’est un algorithme qui leur a répondu : ''« Votre avis sera utilisé pour améliorer Facebook. Merci d’avoir pris le temps de nous envoyer votre signalement. »''
 +
 +
A son tour, Médiapart a interrogé Facebook, qui a délivré une novlangue algorithmique : ''« Les pages en question n’ont pas été censurées. Si leur visibilité a été réduite, c’est parce qu’elles ont publié un ou des contenus contrevenant aux Standards de la Communauté. »''
 +
 +
En octobre, cette fois, relate ''Le Parisien'', ce sont les cheminots, de Sud-Rail et de la CGT, qui ont vu leurs pages censurées. Et avec la même réponse : ils auraient contrevenu aux ''« Standards de la Communauté ».'' Mais quels sont ces ''« standards »'' ? Interdisent-ils la politique ? La polémique ?
 +
 +
Comme ministre de la communication, vous êtes le gardien de la liberté expression dans notre démocratie.
 +
 +
Les atteintes, ici, sont manifestes.
 +
 +
Avez-vous interpellé la direction de Facebook ?
 +
 +
Quelles réponses avez-vous obtenue ?
 +
 +
Ou au contraire, ces censures vous arrangent-elles ?
 +
 +
Au printemps de cette année, le président Macron a rencontré le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, pour – je cite – ''« lutter contre les contenus haineux »''. La critique du gouvernement, le soutien aux mouvements sociaux, sont-ils rangés dans ces « contenus haineux » ?

Version actuelle datée du 3 février 2020 à 09:31

Source : https://francoisruffin.fr/censure-facebook/


Censure sur Facebook : « Votre publication ne respecte pas les standards de la communauté »

Au printemps de cette année, le président Macron a rencontré le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, pour – je cite – « lutter contre les contenus haineux ». La critique du gouvernement, le soutien aux mouvements sociaux, sont-ils rangés dans ces « contenus haineux » ?

Monsieur le ministre de la Culture et de la Communication,

A la fin du mois d’août, j’étais encore en vacances dans le Tarn, quand mon chargé de com’ m’a alerté : « Je ne comprends pas, ta page Facebook ne tourne plus. Y a presque plus de visite. »

Je ne m’en suis pas inquiété : je devais conduire ma fille au poney.

Une semaine plus tard, grâce à un article de Médiapart, le mystère s’est éclairci : des tas de pages Facebook, toutes engagées, Lille insurgée, Bretagne noire, Collectif Auto Média énervé, Groupe Lyon Antifa, Nantes révoltée, toutes ont subi la même censure, toutes le même week-end que moi.

La page « Cerveaux non disponibles », par exemple, a chuté de 300 000 vues quotidiennes à moins de 1000…

Coïncidence ?

Au même moment, se déroulait, à Biarritz, le sommet du G7, avec Emmanuel Macron, Angela Merkel, Donald Trump.

Un G7 dans une ville bouclée.

Avec une communication verrouillée.

Et donc, une contre-information bloquée.

Ces pages militantes ont protesté auprès de Facebook. Mais c’est un algorithme qui leur a répondu : « Votre avis sera utilisé pour améliorer Facebook. Merci d’avoir pris le temps de nous envoyer votre signalement. »

A son tour, Médiapart a interrogé Facebook, qui a délivré une novlangue algorithmique : « Les pages en question n’ont pas été censurées. Si leur visibilité a été réduite, c’est parce qu’elles ont publié un ou des contenus contrevenant aux Standards de la Communauté. »

En octobre, cette fois, relate Le Parisien, ce sont les cheminots, de Sud-Rail et de la CGT, qui ont vu leurs pages censurées. Et avec la même réponse : ils auraient contrevenu aux « Standards de la Communauté ». Mais quels sont ces « standards » ? Interdisent-ils la politique ? La polémique ?

Comme ministre de la communication, vous êtes le gardien de la liberté expression dans notre démocratie.

Les atteintes, ici, sont manifestes.

Avez-vous interpellé la direction de Facebook ?

Quelles réponses avez-vous obtenue ?

Ou au contraire, ces censures vous arrangent-elles ?

Au printemps de cette année, le président Macron a rencontré le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, pour – je cite – « lutter contre les contenus haineux ». La critique du gouvernement, le soutien aux mouvements sociaux, sont-ils rangés dans ces « contenus haineux » ?